Émigrés persans dans l’Empire moghol

Les colophons d’un traité de médecine copié pendant une navigation sur l’Indus [DYNTRAN WORKING PAPER 10, March 2016]

by Francis RICHARD (Mapping by Emmanuel GIRAUDET)

La copie très soignée du traité Khulāṣat al-tajārib qui est aujourd’hui cotée Supplément persan 1156 [SP 1156] à la Bibliothèque nationale de France [BnF] fut acquise par la B.N. le 21 juin 1893 en même temps qu’une vingtaine d’autres manuscrits persans de sciences et de médecine. Ces manuscrits provenaient de la collection d’Alphonse Renaud (1849-19..), qui avait été chef de bureau au ministère des Finances.

SP 1156 garde tête
Fig. 1 : SP 1156, Khulāṣat al-tajārib, 1ère garde

Comme pour les autres manuscrits de cette collection, il s’agit selon toute vraisemblance d’un volume ayant figuré dans la bibliothèque d’un orientaliste revenu d’Iran tel Jules Richard (1816-1891) ou même d’un envoi du Dr Joseph Désiré Tholozan (1820-1897). Il ne porte sur son premier comme sur son dernier feuillet de garde que des marques et ex-libris de médecins iraniens, l’ex-libris d’ākhūnd Muḥammad ‘Abd al-Ghafūr, ceux de Bahā al-Dīn b. Ḥakīm al-Mulk, de Muḥammad Riżā Ṭabīb b. Muḥammad Masīḥ Ṭabīb, et de Muḥammad Bāqir, accompagnés de leurs cachets, un ex-libris de 1240H. (/1824) du prince qājār Aḥmad-‘Alī Mīrzā et des marques en persan datées de 1264H. (/1848) et 1269H. (/1852), dont une partie est effacée. Néanmoins, ce Khulāṣat al-tajārib en écriture nasta‘līq assez soignée du XVIIème siècle est indubitablement de facture indienne ; il est copié sur un papier d’un type courant dans l’empire moghol, avec quelques folios teintés en bleu clair dans la seconde partie, seuls les folios 52, 81 et 375-6 étant sur papier européen.

SP 1156 garde queue
Fig. 2 : SP 1156, dernière garde

Dans le Khulāṣat al-tajārib (SP 1156), le texte lui-même du traité de médecine débute au f. 3v. A ce folio apparaissent dans l’introduction, selon l’usage, le titre et le nom de l’auteur. Ce dernier, Bahā al-Dawla, indique qu’il a composé ce « traité abrégé » en 907H. (/1501-2) à Turusht, « qui est un village de Rāz » et que cet abrégé contient 28 bāb. Le nom complet de l’auteur est Amīr Bahā al-Dawla b. Sirāj al-Din Shāh Qāsim b. Amīr Shams al-Dīn Muḥammad al-Ḥusaynī al-Nūrbakhshī. Le nom de « Rāz » est certainement à corriger en « Ray » et on retrouve cette même forme dans beaucoup d’autres copies du texte.

Dès le premier examen on constate que la copie est de deux mains différentes, la première étant plus ancienne et allant jusqu’au f. 84v. La seconde, plus récente, va du f. 85 à la fin du texte – au f. 384 – où se trouve un long colophon indiquant que le manuscrit a été achevé le 12 Ramażān 1034H. (/18 juin 1625) par le copiste Ḥusayn b. Ṣadr al-Dīn pour un personnage qu’il nomme ḥājjī al-ḥaramayn al-sharafayn mawlavī makhdūm al-‘ulamā, Ḥakīm ’Abd al-Ghafūr.

Ce colophon final est précédé d’un explicit où il est écrit que

« ces nobles lignes (…) et ce livre précieux et sans pareil, exemplaire de haute valeur…semblable au Qānūn contenant des remèdes pour le cœur de tous les malades et les secrets des médicaments…, des traitements inégalés des Grecs et l’ensemble des remèdes incomparables de l’Hindūstān est l’aboutissement (le fruit) des livres écrits par les médecins qui l’ont précédé ».

SP 1156 f. 384 colophon
Fig. 3 : SP 1156, colophon du f. 384

Le médecin nommé Ḥakīm ‘Abd al-Ghafūr, pour qui le livre a été complété, est lui-même le copiste de la première partie du manuscrit. Les folios 3v-84v, mais aussi une table des chapitres du Khulāṣat al-tajārib qui occupe les f. 1v-2v et qu’il a ajoutée après juin 1625, ainsi qu’une longue note préliminaire qui figure au f. 3 sont de sa main.

Fig. 4 : SP 1156, f. 3
Fig. 4 : SP 1156, f. 3

Fig. 5 : SP 1156, f. 3v
Fig. 5 : SP 1156, f. 3v
Fig. 6 : SP 1156, colophon du f. 3
Fig. 6 : SP 1156, colophon du f. 3

A la fin de cette note préliminaire, il dit qu’elle a été « écrite après le passage à Tulbutah (?) le 1er Rabī‘ premier 1034H. (/12 décembre 1624) ». Les voyageurs suivaient alors probablement la vieille route de Lahore à Multān, qui suit le Ravi. À partir de Multān, ils prendront un navire sur l’Indus. Peut-être faut-il identifier Tulbutah comme étant la ville de Tulamba, 100 km avant Multān, à l’ouest du Ravi.

Le copiste, ‘Abd al-Ghafūr b. Mas‘ūd al-Tāliqānī, se nomme lui-même en commençant la copie du livre et précise qu’à Lahore il avait été au service du nouveau Galien, le « messie de notre temps » (Masīḥ al-zamān). Ce Masīḥ al-zamān est très certainement le célèbre médecin Ḥakīm Ṣadrā b. Fakhr al-Dīn Shīrāzī, Persan comme lui, arrivé en Inde en 1012H/1603. Lorsqu’en 1607 l’empereur Jahāngīr avait tenté d’aveugler le prince Khusraw, Ḥakīm Ṣadrā avait su soigner Khusraw avec succès. C’est pour cette raison qu’il avait reçu ce titre de Masīḥ al-zamān, selon le récit de l’Intikhāb-i Jahāngīrshāhī. Ḥakīm Ṣadrā, fils d’un médecin célèbre de l’époque de Shāh Ṭahmāsb, avait été élève de Ḥakīm Muḥammad Bāqir b. ‘Imād al-Dīn Maḥmūd et de Ḥakīm ‘Alī Gīlānī. Poète, il signait ses vers « Masīḥ Ilāhī ». Chiite convaincu, il fit le pèlerinage de La Mecque, puis se retira à Lahore en 1044H./1635 et mourut au Cachemire en 1061H./1651.

Ḥakīm Ṣadrā était arrivé d’Iran à la cour de l’empereur Akbar en 1612 en même temps que Rukn al-Dīn Mas‘ūd Kāshānī, un personnage qui avait été jusque là au service de Shāh ‘Abbās le Grand. Rukn al-Dīn Kāshānī est surtout connu comme poète sous le nom de Masīḥ ou de Ḥakīm Ruknā, auteur prolixe très prisé par Jahāngīr comme plus tard par Shāh Jahān, malgré une période de disgrâce jusqu’en 1030H./1621. Reparti d’Inde en 1041H./1632, Masīḥ mourut à Kāshān. Lui aussi était un médecin réputé.

Dans ce milieu de médecins iraniens, il faut aussi mentionner la sœur du poète Ṭālib Āmulī, Ḥakīm Satī al-Nisā Āmulī, belle-sœur de Ḥakīm Ruknā. Elle était venue en Inde pour rejoindre son frère et connaissait aussi la médecine. Étant veuve et lettrée, Satī al-Nisā Khānum occupa des fonctions à la cour, « chancelière » (muhr-dār) du harem impérial, fut au service de la princesse Jahān Ārā – la fille de Shāh Jahān – comme préceptrice, joua un grand rôle auprès de la reine Mumtāz Mahal jusqu’à sa mort, puis auprès des princes, et décéda en 1056H./1646.

Ḥakīm ‘Abd al-Ghafūr avait aussi – comme il le précise dans sa note du f. 3 – fréquenté les disciples (ahl-i majlis) de Ḥakīm Ṣadrā, et tous restent chers au cœur de notre médecin. C’est de ce maître qu’il avait reçu l’enseignement, sans doute au sein d’un groupe où les liens familiaux jouaient un grand rôle. ‘Abd al-Ghafūr était parti, dit-il, en compagnie de son « frère véritable », Mīrzā Kāẓim Bēg Kāshī. Ce dernier avait été établi par le prince Sulṭān Shahryār comme shāhbandar de Lāharī qui est le port du Sind et de Thatta [=Laharī Bandar ; ce port, très important, était depuis le règne d’Akbar administré comme bien khāliṣa et son shāhbandar en contrôlait les marchands et les activités maritimes].

Or – poursuit ‘Abd al-Ghafūr –, en cours de route entre Lahore et Multān, on apporta la nouvelle que le prince, avec l’approbation des gens avisés de la Cour – ou suite à leurs conseils – avait changé cette affectation, et avait attribué la charge à un autre. Il avait fait rappeler Kāẓim Bēg Kāshī auprès de lui et il s’en était retourné sain et sauf à la cour. Mais à cause du nombre des affaires qui étaient destinées à ces contrées, le médecin n’avait pu faire demi-tour et il a continué sa route vers Thatta en compagnie de Mīrzā Muḥammad Ṭāhir, « frère de l’autre Mīrzā [=Mīrzā Kāẓim Bēg Kāshī] ». De toute son énergie il s’occupa alors, écrit-il, à copier ce livre. Parfois il récitait ces vers de Majd Hamgar « la roue céleste ne m’accorde ni mon désir ni mon astre, mon cœur ne profite ni de la joie ni de l’être aimé (…) » et il se mettait à pleurer. Après avoir cité ces six distiques il ajoute que parfois la récitation du verset 6 de la sourate 94 sur la difficulté, lui faisait retrouver la joie. Enfin, il cite en conclusion de cette note très personnelle douze distiques de Vīs-u Rāmīn « même dans l’amertume d’être séparé de ton compagnon, l’espoir de le revoir lui était doux (…) ».

Fig. 7 : SP 1156, f. 20v, date de la copie du cahier
Fig. 7 : SP 1156, f. 20v, date de la copie du cahier

La particularité assez exceptionnelle des folios 3v à 84v qui suivent cet avant-propos est de comporter, dans leur marge, de la main de notre médecin, des indications de date et de lieu de copie. C’est ainsi qu’on lit au f. 20v « ce juzv (cahier) a été terminé le 13 Rabī‘ premier [=24 décembre] lorsque nous arrivâmes à Multān ».

Puis, plus loin, dans la marge du f. 25,

« cette page a été écrite en face d’Uj [Uch], où la coupole [du mausolée] (gunbad) du sayyid al-awliyā Sayyid Jalāl était en vue. Il a été donné [par nous] le salut (salām rasānīd) à mon maître (murshidī-am) Sayyid Muḥammad et à Sayyid Jalāl – le Roi du monde (shāh-i ‘ālam) – ; grâce à Dieu le lendemain il a été fait escale dans ces parages et on a eu l’honneur de faire le pèlerinage (ziyārat) auprès du maître de Jahāniyān, de Sayyid Jalāl et de ceux qui reposent à Uch et nous avons prié (du’ā kardīm), … cette année 1024H. [sic pour 1034H.] ».

Fig. 8 : SP 1156, f. 25, copié à Uch
Fig. 8 : SP 1156, f. 25, copié à Uch

Il s’agit bien évidemment de Jalāl al-Dīn Surkh-pūsh Bukhārī (1199-1291) dont le mausolée est vénéré à Uch. Le second saint est très certainement le soufi Sayyid Muḥammad Ghauth Gīlānī Qādirī, disciple de ‘Abd al-Qādir Jīlānī, qui s’était établi à Uch où il mourut en 923H./1517 et où fut édifié son mausolée. Le maître du soufi suhrawardī Jahāniyān Jahāngasht (1307-1383) était saint Bahā al-Hālim pour lequel on avait fait bâtir un mausolée, encore vénéré de nos jours, à Uch. Faut-il déduire de ces pieuses visites que notre médecin avait des attaches particulières avec le soufisme ?

Fig. 9 : f. 28, Seetpur
Fig. 9 : SP 1156, f. 28, Seetpur

Dans la marge du f. 28 la note dit « écrit à l’étape de Sītpūr [Seetpur] ». Au f. 37 elle indique « écrit le 26ème jour de Rabī‘ premier 1034H. [/6 janvier 1625] à Bāksar qui appartenait au domaine des insurgés ; et jusqu’à Bakkar et Shikar il y a 80 kurūh-i jahāngīrī ». Puis au f. 40v il est précisé « écrit à l’extrémité du pays (bilād) des Nāharān insurgés, qui est connu sous le nom de Kanna, et de là à Bakkar (…) il y a 60 kurūh ».

Fig.10 : f. 37, Bāksar, le 26 Rabi‘ I 1034
Fig.10 : SP 1156, f. 37, Bāksar, le 26 Rabi‘ I 1034

Fig. 11 : f. 40, pays des Nahars
Fig. 11 : SP 1156, f. 40, pays des Nahars

Bakkar, Bakhar, « Bukor » ou  « Bukar », sur une colline située sur une île, faisait face à « Sukor » située sur la rive opposée et ne faisant qu’une seule agglomération avec elle. Bakhar, qui est l’actuel Sukkur sur l’Indus, était alors un sarkār dépendant du sūba de Multān. C’est là que se trouve le minaret construit en 1607 par Mīr Muḥammad Ma‘ṣūm, gouverneur de Bakhar et auteur, vers 1600, du Tārīkh-i Sind ou Tārīkh-i Ma‘ṣūmī. Un kurūh est équivalent d’une cosse et correspond à peu près à un demi-farsakh. Sous Jahāngīr le cosse, unité de distance, semble avoir été de 3,8 à 4,2 km et 80 kurūh représenteraient 320 km. La distance à parcourir de Multān à Thatta est d’environ 900 km. Certains noms restent difficiles à identifier mais les insurgés « Nāharān » semblent être la tribu des « Nahar », établie sur la rive droite de l’Indus (H. A. Rose, III, p. 139-140).

Fig. 12 : f. 50
Fig. 12 : SP 1156, f. 50

Au f. 50, on lit, toujours dans la marge, que le texte a été « copié dans la ville de Bakkar le 3 Rabī‘ second 1034H. [=13 janvier] ». Au f. 61 que « ce [texte] a été écrit le 9 Rabī‘ second [=19 janvier] à Siyāhvān [Sehwān] » et le copiste ajoute : « si l’on prononce ce qui est écrit on dit Sivastān mais dans l’usage on dit Siyāhvān. En cet endroit nous avons fait visite (ziārat) à La‘l Shāhbāz ». Au f. 64, c’est en rouge qu’il est noté dans la marge : «écrit le 11 Rabī‘ second [=21 janvier], là où nous avons combattu le peuple (qawm) des Samīcha de Samach et là où ils ont été battus ».

Fig. 12 : f. 50
Fig. 13 : SP 1156, f. 61, Sehwān

Fig. 14 : f. 64
Fig. 14 : SP 1156, f. 64

Dans la ville de Sehwān, qui était alors un des sarkār dépendant du sūba de Multān, se trouve en effet le mausolée de Lāl Shahbāz Qalandar, soufi du XIIIème siècle. Les tribus turbulentes des Samejah et Samma sont aussi mentionnées dans le Tārikh-i Ṭāhirī de Sayyid Ṭāhir Muḥammad Nisyanī Tatavī (éd. Haydarabad, 1964, p. 172).

Fig. 15 : f. 70v, Unarpūr
Fig. 15 : SP 1156, f. 70v, Unarpūr

Au f. 70v il est mentionné que cela a été « écrit à Unūpūr [Unarpūr], où nous nous étions arrêtés à cause de l’excès de vent ». Au f. 74v que le texte a été « transcrit le 4 Rabī‘ second [sic, pour « 14 » = 24 janvier ?], après notre passage à Nasrpūr [Nasarpūr] ». Puis au f. 80v le colophon indique : « écrit le 81 (sic pour 18) Rabī‘ second [=28 janvier] à Qanāt, dont on dit qu’il est distant de 20 kurūh de Tatta ; nous y étions restés à cause de l’excès de vent ». Enfin, on peut lire dans la marge du f. 84v, encore de la main de ‘Abd al-Ghafūr, juste avant que l’écriture ne change : « écrit le 20 Rabī‘ second [= 30 janvier], alors que nous étions entrés à Tatta [Thatta] ».

SP 1156 f. 74v
Fig. 16 : SP1156, f. 74v, Nasarpūr

SP 1156 f. 74v
Fig. 17 : SP 1156, f. 84v, Thatta

Le nom d’Unarpūr est mentionné dans le Tārīkh-i Ma‘sūmī de Muḥammad Maʻṣūm Bakkarī, tandis que la ville de Nasrpūr ou Nasarpūr était, selon l’Ā’īn-i Akbarī un sarkār dépendant du sūba de Multān.

Le colophon de la seconde partie du manuscrit, achevée le 12 Ramażān 1034H. [=18 juin 1625], ne porte aucune indication de lieu. Le manuscrit a probablement été achevé dans la région de Thatta, mais rien ne le confirme. On ne sait pas non plus au service de qui Ḥakīm ‘Abd al-Ghafūr, « qui avait fait le pèlerinage aux Lieux saints », se trouvait à ce moment-là. Le prince Shahryār, cinquième fils de Jahāngīr, né le 16 janvier 1605 et mort le 23 janvier 1628, était gouverneur (sūbadār) de Thatta dans les années 1624-1625, avant de l’être à nouveau en 1627, peut-être sur les instances de Nūr Jahān. C’est dans le contexte de son gouvernement que se place le voyage du médecin ‘Abd al-Ghafūr et de ses compagnons.

Fig. 18 : SP 1156, f. 1v, début de la table des chapitres
Fig. 18 : SP 1156, f. 1v, début de la table des chapitres

Sans s’attarder sur l’intérêt du manuscrit pour le codicologue, car il montre qu’un manuscrit a pu être copié dans les circonstances les plus diverses, il est un témoin, fort original de l’activité des familles de lettrés venues d’Iran dans l’Inde du début du XVIIème siècle. La présence d’un décor d’encadrement et de motifs floraux stylisés au f. 3v, ajoutés après l’achèvement de la copie de cet exemplaire du Khulāṣat al-tajārib, souligne l’importance qui lui était accordée.

Parmi les nombreux savants d’origine iranienne, deux autres médecins sont connus pour avoir composé – quelques années plus tard –, dans la tradition du Khulāṣat al-tajārib, des traités d’une grande importance destinés à transmettre un savoir héritier de deux traditions, Ḥakīm Amān-ullāh Khān, fils de Mahābat Khān, d’une famille originaire de Shīrāz, et de Ḥakīm Nūr al-Dīn Muḥammad, petit-fils de ‘Ayn al-Mulk Shīrāzī.

Francis Richard (mars 2016)

MMS-Indus-b copie
Itinéraire suivi sur l’Indus par le copiste en 1624-25. (© Emmanuel Giraudet/DYNTRAN)

 

Orientation bibliographique :

  • Sur Alphonse Renaud, voir Armelle Le Goff, Ministère de l’Instruction publique, Service des Missions, Missions scientifiques et littéraires, F/17/2925-3014, F/17/17225-17294, Index nominatif des voyageurs et index géographique des destinations de leurs missions, Paris, Centre historique des Archives nationales, 2005, dossier Alphonse Renaud, docteur en droit : F/17/3002/A ; il serait auteur, entre autres œuvres, d’une Histoire nouvelle des arts et des sciences publiée en 1877 chez G. Charpentier à Paris.
  • Marshall, D. N., Mughals in India, a Bibliographical Survey of Manuscripts, Londres-New York, Mansell, 1985, n° 1040 p. 288.
  • Rose, H. A., A Glossary of the tribes and castes of the Punjab and North-West frontier Province , réédité en 3 volumes, Delhi, Nirmal, 1997.
  • Siddiqi, Tazimuddin, « Two Eminent Physicians of Unani Medicine during Shah Jahan’s Reign », Indian Journal of History of Science, XVI(1), 1981, p. 26-30.
  • Storey, C.A., Persian Literature, a bio-bibliographical Survey, II, 2, Londres, Luzac, 1971, p. 230-231.
  • Tārīkh-i Ma‘ṣūmī de Muḥammad Maʻṣūm Bakkarī (éd. Poona, 1938).
  • Verma, R. L., “The Growth of Greco-Arabian medicine in Medieval India”, Indian journal of history of science, 1970, p. 355sq.
  • Yule, H., et A.C. Burnell, Hobson-Jobson, a Glossary of Anglo-Indian Colloquial Words and Phrases and of kindred Terms, Londres, J. Murray, 1903.
To quote this publication:

Richard, Francis, “Émigrés persans dans l’Empire moghol: Les colophons d’un traité de médecine copié pendant une navigation sur l’Indus”, DYNTRAN Working Papers, n° 10, online edition, March 2016, available at: https://dyntran.hypotheses.org/1019


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.