De maître à élève

Nouvelle source concernant les biographies de calligraphes de l’Inde musulmane. Le Ms n° 2432 de Rampur. [DYNTRAN WORKING PAPER 13, June 2016]

par Francis RICHARD

Dans l’ensemble du monde iranien, il est très important pour les calligraphes de se rattacher à des lignées à l’origine desquelles se trouve un maître reconnu. L’apprentissage de l’art de la belle écriture (ḫatt-i ḫuš ou ḫušnivīsī) se fait auprès d’un calligraphe qui en transmet les secrets à un ou plusieurs disciples. Il n’est cependant pas toujours aisé de reconstituer ces « chaînes de transmission » car la plupart des biographies des copistes nous sont inconnues. Les lignées de calligraphes ne sont pas sans évoquer – par certains traits – les lignées de soufis et la transmission par un maître est garante de la légitimité de l’artiste. Certes quelques traités, dont le plus connu est le Gulistān-i hunar de Qāżī Aḥmad Qumī, composé à l’époque safavide (1596-1606), nous font connaître quelques-unes de ces lignées. Confrontées aux données fournies par les manuscrits eux-mêmes, les données transmises par ces traités permettent d’avoir quelques indications sur ces processus de transmission.

L’Inde musulmane a vu se développer des écoles de calligraphie persane fécondes, avec parfois des styles particuliers. Elles demeurent extrêmement mal connues bien qu’elles se rattachent souvent à l’origine à des maîtres iraniens. La publication de sources, même très tardives, ne pourra qu’aider à esquisser cette histoire de la transmission de l’art calligraphique dans l’Inde des sultanats puis dans l’Inde moghole.

Découverte d’un nouveau manuscrit

           La toute récente publication du second tome du catalogue des manuscrits persans de la Rampur Raza Library permet de découvrir quelques ouvrages méconnus. Ainsi, sous la cote 2432, un volume acquis en 1947 est décrit comme étant une copie du Tazkirat al-kātibīn, et ce traité est en fait le premier des textes présents dans ce petit volume de 51 feuillets non numérotés. Il est en effet suivi de petits écrits sur l’astrologie. Selon le catalogue l’auteur de ce traité sur les calligraphes est Mawlānā Ġulām Muḥammad Dihlavī, connu comme poète sous le nom de Rāqim et mort en 1823 (1239h.) sous le règne d’Akbar II (1806-1837). La copie comporte des notes concernant la biographie des calligraphes, et le traité semble, selon le catalogue, avoir été composé en l’année 1239h. Le manuscrit de Rampur, qui porte des ajouts et des corrections de la main même qui l’a copié, paraît en outre être un autographe.

L’auteur, Ḫalīfa Šayḫ Ġulām Muḥammad Haft-Qalamī Akbar-Šāhī Dihlavī, dit Rāqim, était un calligraphe de renom et il avait mérité son surnom de « Haft-Qalamī » à cause de sa maîtrise des « sept styles d’écriture ». Il était né quelques années avant 1780 car il était – selon Qāsim – disciple du fameux calligraphe Muḥammad Ḥāfīẓ Ḫān (mort en 1194h/1780). Il fut aussi élève de Ḥakīm Qudrat-ullāh Ḫān. Qāsim écrit en 1806 qu’il l’a lui-même eu comme disciple 12 ou 13 ans plus tôt et lui a enseigné la logique, puis qu’il a vécu quelque temps à Lucknow et écrit des vers en ourdou. Il est ensuite retourné à Delhi et a étudié la médecine auprès de Mīrzā Muḥammad ‘Išq. Ses propres calligraphies étaient, comme le montre celle qui se trouve à la British Library, au f. 39 du recueil Oriental 471, signées de son taḫallu « Rāqim ».

Le Tazkirat al-kātibīn de Ġulām Muḥammad Dihlavī a été imprimé en 1910 à Delhi par Muḥammad Hidāyat Ḥusayn, et cette édition, réalisée par Hidāyat Ḥusayn semble avoir été réalisée à partir d’un seul manuscrit, mentionné dans la préface, celui de la British Library. Ce manuscrit, coté Or. 235, vient de la collection Hamilton mais est dépourvu de colophon. La seule indication donnée déjà par la notice de Rieu, et reprise par Hidāyat Ḥusayn et par Nawšāhī, concerne la date de composition du traité. La date la plus récente qu’il renferme est celle de 1228h, dans un poème donnant la date de décès du calligraphe Lāla Lačmī Rām Pandit. Ce pourrait être aussi celle de la composition.

Une seconde copie du même texte conservée à Calcutta, le manuscrit Curzon 86 de l’Asiatic Society of Bengal, datant du milieu du XIXe siècle, malheureusement incomplète, n’est pas citée par l’édition de Delhi de 1910 qui ne l’a peut-être pas utilisée.

Un précieux recueil de biographies de calligraphes

Le traité de Ġulām Muḥammad Dihlavī, malgré sa relative brièveté et la concision des notices qu’il renferme, constitue un répertoire très précieux de noms de calligraphes de l’Inde. Compte tenu du petit nombre des informations biographiques que nous possédons sur les artistes de l’Inde dans ce domaine, sa valeur est indéniable. Dans son édition, Hidāyat Ḥusayn avait jugé nécessaire d’ajouter une introduction en persan sur la calligraphie (qui va jusqu’à la p. 26) et il a publié un index. Il avait en outre ajouté nombre de notes qui enrichissent un peu ce répertoire, souvent laconique, qui donne un peu l’impression d’être une œuvre inachevée.

Une rapide comparaison entre l’édition de 1910 et le manuscrit de Rampur fait apparaître de très importantes différences de rédaction. Probablement autographe, bien que l’auteur ne se nomme pas dans le texte, et comportant nombre d’ajouts et de corrections, ce manuscrit nous serait une nouvelle rédaction, probablement postérieure, du Tazkirat al-kātibīn.

On constate, toutefois, dans le manuscrit de Rampur, que certaines notices qui étaient présentes dans l’édition sont totalement absentes, ce qui exclut l’hypothèse qu’il s’agirait d’une rédaction amplifiée de la Tazkirat. Bien des noms de calligraphes, en revanche, sont présents dans le ms. de Rampur mais ne figurent pas dans le texte publié en 1910. La teneur des notices est parfois comparable, parfois tout autre. Certains noms, simplement cités dans une des versions, font l’objet d’une notice dans la seconde. Enfin, l’ordre des notices elle-même est souvent légèrement différent. Le plan de l’ouvrage paraît ne pas être le même. On est donc tenté de conclure qu’il s’agit d’un traité différent, ou tout au moins d’une rédaction totalement différente. Dans le manuscrit de Rampur le texte suivrait un plan plus souvent chronologique et les entrées seraient un peu plus clairement groupées en fonction des styles calligraphiques.

La date de 1239h. (1823), qui est donnée par les biographes comme celle de la mort de Ġulām Muḥammad Dihlavī, se rencontre au début du manuscrit de la Raza Library de Rampur : « biographies des calligraphes des origines à 1239h ». Cela semble bien confirmer que leur rédaction est postérieure à celle du texte de la British Library.

Dans son Histoire de la littérature en langue persane, C. A. Storey a consacré une longue notice à Ġulām Muḥammad Rāqim Dihlavī. Storey indique la présence à l’Oriental Public Library (Khuda Bakhsh) de Bankipur (Patna) d’un manuscrit (n° 1077) qui paraît être une autre copie de la version de Rampur. On y trouve la même date de 1239h. et le traité y comporte une préface (muqaddima), trois chapitres (bāb) et une conclusion (ḫātima). Selon l’auteur du catalogue rédigé en 1927, la copie est défectueuse et présente des différences notables avec le texte publié à Delhi…

Il nous paraît donc intéressant, compte tenu de l’importance de l’œuvre de Rāqim, de présenter rapidement le contenu du manuscrit de Rampur. Nous indiquons entre crochets la page où le calligraphe est mentionné dans l’édition de Calcutta, avec – parfois – quelques indications ou informations complémentaires. Le lecteur pourra ainsi se faire une idée de ces différences.

Contenu du manuscrit de Rampur

Une page des Lawa'ih de Jâm calligraphiés par Muhammad Husayn Kashmiri (coll. indienne)
Une page des Lawa’ih de Jâm calligraphiés par Muhammad Husayn Kashmiri (coll. indienne)

Le début de la Tazkirat de Rampur, comporte comme le texte édité, surtout dans ses premiers feuillets, de nombreux poèmes (masnavīs) intercalés dans le texte. L’auteur cite comme autorité Abū l-Fażl [‘Allāmī qui avait consacré un chapitre de l’Āīn-i Akbarī à la calligraphie]. Parmi les écritures anciennes, il évoque brièvement le ḫaṭṭ-i kūfī ; puis il fait mention d’Ibn Muqla [cf. p. 123]. Il traite ensuite rapidement des calligraphes qui ont cultivé le nasḫ et le ta‘līq. Il évoque Mīrzā Aḥmad Nayrīzī (Ḫurānī ?) qui – sous Humāyūn –, écrivait dans les deux styles [sic ; en fait, si c’est bien ce personnage, il est le « fondateur » du nas iranien, encore en vie en 1061h. (1650-51). Puis divers maîtres du nas, Mullā ‘Alī-Riżā Tabrīzī, Mullā ‘Alī Bēg Tabrīzī, et – à l’époque de Jahāngīr – Maqsūd Ḫān [p. 125] et d’autres calligraphes. Traitant ensuite des origines du nasta‘līq, il évoque les noms de Mīr ‘Alī Tabrīzī [mentionné p. 42], puis – sous Šāhruḫ – de Mawlavī Ja‘far al-Ḥusaynī, de Sulṭān ‘Alī Mašhadī, de Mīr ‘Alī Kātib Haravī, de ‘Abd al-Laṭīf b. Uluġ Bēg et de Muḥammad Ḥusayn Kašmīrī surnommé Zarrīn Qalam, lequel mourut en 1020h. (1611-12) [p. 78, où cette date n’est pas donnée].

Page calligraphiée par Navvāb Muḥammad Ṣādiq Ṭabāṭabā Murīd Ḫān (Suppl. pers. 391, BnF)
Page calligraphiée par Navvāb Muḥammad Ṣādiq Ṭabāṭabā Murīd Ḫān (Suppl. pers. 391, BnF)

Une longue notice est consacrée à Mīr Ḫalīl [p. 79-80], calligraphe du Deccan de l’époque d’Ibrāhīm ‘Ādilšāh. Les suivantes sont consacrées à [Qāżī Ahmad] Ġaffārī [p. 82-3], un calligraphe et poète venu d’Iran qui fut au service du prince Parvīz, puis à Sayyid ‘Alī Tabrīzī, à Muḥammad Bāqī Haddād [son disciple et petit-fils Ġulām-‘Alī est le calligraphe du ms. Supplément persan 390 de la BnF] – qui semble être né à la fin du règne de Šāh Jahān à Šāh-Jahānābād où il fit ses études –, et à Muḥammad ‘Ārif [son nom est simplement cité p. 126 ; ce Muḥammad ‘Ārif est un autre disciple de Muḥammad Bāqī Haddād] qui a été le professeur des fils de l’empereur Awrangzēb, lesquels ont tous bien écrit le nasta‘līq. Viennent ensuite les noms de ‘Ismat-ullāh [p. 126], de Qāżī ’Ismat-ullāh Ḫān [p. 127], de Fayż-ullāh (frère de Qāżī ’Ismat-ullāh) [p. 127], de ‘Ibād-ullāh Ḫān (neveu du même Qāżī ’Ismat-ullāh) [p. 127] et de Mīr Gadā’ī [p. 128]. Puis ceux de Ḥāfiẓ Abū l-Ḥasan (un élève de Qāżī ’Ismat-ullāh) [p. 128], de Mīr Ḥakīm Karam-‘Alī (autre de ses élèves) [p. 128] et de Šāhzāda Mīrzā Abū Ẓafar Bahādur [p. 74 et 129]. La notice suivante concerne Miyān Badr al-Dīn Mursi’-Raqam de Lucknow [p. 74], élève de Muḥammad Yār Ṣāḥib [p. 75]. Elle est suivie de celles de Mīr Mahdī, de Kalū Ḫān [p. 126] connu sous le nom de Ġulām-Ḥusayn Ḫān, de Ḥakīm Muḥammad Ḥusayn [p. 69] – lequel fut calligraphe et musicien –, de Mīr Zayn al-‘Ābidīn [p. 29], de Mīr Imām ‘Alī [p. 129], de Miyān Faqr-ullāh Vazīrābādī qui vivait à l’époque de Šāh ‘Ālam, de Ḥāfiẓ Mas‘ūd [p. 128], de ‘Ināyat-ullāh [p. 129] et de Miyān Faqīr-ullāh Lāhūrī. Une autre section du traité commence avec l’évocation d’Ibrāhīm Sulṭān b. Šāhruḫ, le fameux gouverneur du Fārs et calligraphe mort en 834h. (1430-31) [p. 46 et 125], du poète Muḥammad Kātibī (Kātibī) [p. 46] mort en 839h. (1435-36), puis du calligraphe Mīr ‘Imād Ḥusaynī [p. 96] et d’Āqā Rašīdā (c’est-à-dire ‘Abd al-Rašīd Daylamī) [p. 95 etc.]. Suit la notice consacrée à Sayyid ‘Alī-Ḫān Javāhir-Raqam al-Ḥusaynī [p. 56] qui, originaire de Tabrīz, était venu en Inde sous Šāh Jahān et est mort en 1097h. (1685-86). Viennent ensuite celle de son fils Mīr Šams al-Dīn [p. 58], une longue notice sur le calligraphe Javāhir-Raqam-i Sānī [c’est-à-dire Baḫš-ullāh Ḫān fils de Mīr Šams al-Dīn], et une autre sur Muḥammad Kāmbahš [p. 58] – fils de ‘Ālamgīr, élève de Javāhir-Raqam, et mort en 1119h. (1707) – dont l’auteur de la Tazkira dit posséder la plupart des œuvres [détail absent du texte imprimé]. Les notices suivantes concernent la princesse Zīb al-Nisā Šāhzādī [p. 95], Dārā Šukūh [p. 54] – élève de ‘Abd al-Rašīd Daylamī et mort en 1069h. (1658-59) –, le Navvāb Ġāz[ī] al-Dīn Ḫān ‘Imād al-Mulk [p. 76], Mīrzā Husām al-Dīn Ḥaydar Ḫān Bahādur (Husām, connu sous le nom de Nāmī) [p. 130], et Miyān Ramażān dit Aḥsan-ullāh Ḫān qui était l’un des proches (ḫavvās) de Muḥammad Šāh.

Une calligraphie en nasta'lîq de Hidayat-ullah, fin XVIIème (musée de Golestan, Teheran n° 1549)
Une calligraphie en nasta’lîq de Hidayat-ullah, fin XVIIème (musée de Golestan, Teheran n° 1549)

Sont ensuite mentionnés Hidāyat-ullāh Zarrīn-Raqam [p. 58], calligraphe du kitābḫāna de ‘Ālamgīr, un autre Hidāyat-ullāh Zarrīn-Raqam, ‘Abd al-Raḥmān Farmān-navīs [p. 56], ‘Abd al-Raḥīm Farmān-navīs [p. 56], Muḥammad Zāhid [p. 59], Muḥammad Bāqir [p. 59] – un des calligraphes de ‘Ālamgīr –, Šayḫ Nūr-ullāh [p. 62-63], ‘Abd al-Karīm Farmān-navīs [petit-fils de ‘Abd al-Raḥmān, p. 56], Ḥāfiẓ Nūr [p. 82], Muḥammad ‘Alī surnommé Mīrzā Muḥammad ‘Alī [p. 82], Muḥammad Afżal al-Ḥusaynī [p. 60], Šāh A’azz al-Dīn [p. 63], Mīrzā Mu’īn al-Dīn, Abū l-Ḥasan Mīr Kalān, Sayyid Amīr Rażavī (ou Riżvī ?) [il s’agit de Muḥammad Amīr Riżvī b. Ṣāḥib Mīr, cf. p. 71-72], Aġā Mīrzā, Šāh Vāris al-Dīn [qui est certainement le Šāh Vāris ‘Alī, mort en 1227h. (1812), cité à la p. 130], Muḥammad Mūsà [p. 61], Ḥāfiẓ Muḥammad ‘Alī [p. 67] et son fils ‘Abd al-Ġanī [p. 68], Ḥāfiẓ Baqā-ullāh [p. 68], Muḥammad Ismā’īl b. Muḥammad Ma‘sūm [p. 112], Mawlā-i Ṣāḥib, Ġulām Naqšband Ḫān, Mawlavī Muḥammad Ḫalīl, Miyān ‘Abd-ullāh, Muḥammad Jān [b. Miyān Muḥammad ‘Āšūrī, p. 74] et Maqbūl Nabī [Ḫān b. In’ām-ullāh Ḫān Yaqīn, p. 64] de Šāh-Jahānābād. Le chapitre suivant est consacré à l’écriture šikasta. Il cite d’abord de nom de Mīrzā Muḥammad Ḥusayn, actif à l’époque de ‘Ālamgīr, puis ceux de Muḥammad Ja‘far b. Muqīm Ḫān [p. 103], de Kifāyat Ḫān [p. 105] – qui mourut en 1095h. (1683-84) à Šāh-Jahānābād, de Dirāyat Ḫān (‘Abd-ullāh Dirāyat Ḫān) [p. 105-6], de Muḥammad Akbar [p. 106], de Kāmkār Ḫān, et enfin celui du fameux Murīd Ḫān, un Navvāb qui se nommait Muḥammad Ṣādiq Ṭabāṭabā, qui avait été élève de Dirāyat Ḫān et de Muḥammad Akbar, qui avait été au service d’Āsaf al-Dawla et était habile en diverses écritures [p. 107 ; cf. le manuscrit Supplément persan 391 de la BnF qui est de sa main, etc.]. Le nom suivant est celui de Šāhmīr Ḫān [p. 107, petit-fils et] disciple de Murīd Ḫān. Puis suivent ceux de Mīr Ġulām ‘Alī [p. 108], Ḥātim Bēg [p. 109], Muḥammad Qubād [p. 109], Navvāb Mazhar Ḫān b. Rawšan al-Dawla [p.108] et Muḥammad Ḥāfiẓ Ḫān – qui fut dārūġa [et mourut en 1194h. (1780), p. 111-112].

Les noms suivants sont ceux de Mīr ‘Alī-Naqī [p. 109, où il est nommé ‘Alī-Taqī, ce qui est une erreur, cf. le ms. Supplément persan 392, f. 8, de la BnF] neveu de Mīr Ġulām-’Alī, de Bahākamal (?), Rāy Prīm Nātha Valad [p. 113], Rāy Umīd Singh [p. 115], Prīm Kišvar [p. 116], Ḫalīfa Imāmā al-Dīn [Ḫalīfa Imām al-Dīn b. Ġulām Mujtabà, p. 114], Ġulām Muhyī al-Dīn [p. 114], Ġulām Mujtabà [p. 114], Munšī Rawnaq-‘Alī [p. 115], Mawlavī Ḥayyāt-‘Alī [p. 113], Ḫudāyār, Miyān Ramażān, Mihr-‘Alī, Miyān Ṣāḥib Šāh, Mīr Čahman Singh, Lāla Lačmī Rām Pandit mort en 1233h. (1817-18) [alors que p. 119 c’est la date de 1228h. (1813) qui est donnée dans le chronogramme d’un poème], Darkā Prašad [p. 121], Šankar Nāthah [p. 119]. Les derniers noms cités, Zaravhā Kišan, Lāla Sayl Čand, Āna Narhān, Lāla Mahtāb Rāy et Muḥammad Riżā Ḫān ne se trouvent que dans le manuscrit de Rampur.

Tradition des biographies des calligraphes

Une calligraphie en ta'liq de la main de l'empereur Awrangzêb, de la collection conservée au Fort Rouge à Delhi
Une calligraphie en ta’liq de la main de l’empereur Awrangzêb, de la collection conservée au Fort Rouge à Delhi

La Tazkirat nous semblerait devoir mériter une édition critique mettant en regard les manuscrits de Londres, de Calcutta, de Bankipur et de Rampur et rassemblant les deux versions du texte. On devra confronter ces textes avec un autre traité attribué au même auteur, Rāqim, que mentionne Storey. Il s’agit de la Risāla-i mutażammin-i ḥālāt- ḫušnivīsān-i ḫuṭūṭ, qui est une suite des précédents et dont il existe une copie, conservée à la British Library et datable des alentours de 1850. Cette Risāla-i mutażammin contient des notices sur les calligraphes indiens depuis l’époque d’Akbar (1556-1605) jusqu’à celle de Bahādur Šāh II (1837-1857) et elle est divisée en quatre chapitres, consacrés respectivement aux calligraphes en nasta‘līq, aux calligraphes en šikasta, aux calligraphes en nasḫī et en tuġrā, puis aux graveurs de sceaux. L’ouvrage aurait été rédigé vers 1261h. (1845) mais il faudrait supposer que Rāqim, s’il en est effectivement lui-même l’auteur, était encore en vie à cette époque et qu’il ne s’agit pas de l’œuvre d’un continuateur.

Il sera enfin très intéressant de compléter les données qu’apporte l’ensemble de l’œuvre de Rāqim Dihlavī par d’autres sources et de rechercher et de publier des exemples de calligraphies signées et datées des différents artistes qu’elle mentionne.

Malgré le caractère très bref de ses notices biographiques, le Tazkirat nous renseigne sur certains liens entre maître et élève ou sur certaines relations familiales. L’activité très féconde des calligraphes d’Inde, notamment pour l’époque moghole, reste encore trop peu étudiée et ce trop bref traité dont nous avons probablement entre les mains plusieurs versions, peut-être inachevées, est un document d’autant plus précieux.

Francis Richard (Juin 2016)

Orientations bibliographiques :

  • Bayānī, Mahdī, Ahvāl va āsār-i ḫwušnivīsān, Téhéran, Instišārāt-i ‘ilmī, 1363h(/1984-5), II, n° 739 p. 556.
  • Blair, Sheila S., Islamic Calligraphy, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2006. Dans ce livre, les pages consacrées à la calligraphie en Inde (pp. 383-392, 534-559) ont peu fait usage de la Tazkira de Rāqim Haft Qalamī qui ne figure pas dans la bibliographie mais est seulement citée dans une note p. 576. Ce petit traité est, de fait, resté relativement méconnu.
  • Catalogue of the Arabic and Persian manuscripts in the Oriental public library of Bankipore, Volume XI, Persian mss., Sciences and arts, Patna, 1927, p. 89-90.
  • Catalogue of the Persian Manuscripts, Tazkira-i Shaura, vol. II, compiled by Isbah Khan…, assisted by Dr. Abusad Islahi (…), S.M. Azizuddin Husain, Director, Rampur, Rampur Raza Library, Ministry of Culture, Govt. Of India, 2014, n° 30, p. 121-122.
  • Hamīd Reżā Ghelīchkhānī, Tazkira Hayāt-e Khoshnewīsān by Muhammad Husayn ‘Alawī (13th Century AH), appended with Ahwāl-e Khattātā by Muhammad Bakhtāwar Khān (d. 1096 AH), Tehrān, Ketābkhāne Mūze va Markaz-e asnād-e Majles-e Šūrā-ye eslāmī, 1392hš/2013 (Ketābkhāne Mūze va Markaz-e asnād-e Majles-e Šūrā-ye eslāmī, 393) [avec une abondante illustration]
  • Hamīd Reżā Ghelīchkhānī, Muhammad Husayn Kašmīrī (dar gozašte dar 1020h.q.), Tehrān, Našr-e Paykare, 1392hš/2013 (Gulestān-e honar, 5)
  • Ivanow, Wladimir, Concise Descriptive Catalogue of the Persian manuscripts in the Curzon Collection, Asiatic Society of Bengal, Calcutta, Asiatic Society of Bengal, 1926.
  • Nawšāhī, ‘Ārif, Kitābšināsī-i āsār-i fārsī-i čāp šuda dar šaba-qāra (Hind, Pākistān, Banglā-dāš) az 1781 tā 2007, vol. II, Téhéran, Mīrās-i maktūb, 2012, n° 5254, p. 1223.
  • Richard, Francis, Catalogue des manuscrits persans. Bibliothèque nationale de France (Département des manuscrits) – Tome II, le Supplément persan, Rome, Istituto per l’Oriente C. A. Nallino, 2013, 1430p. (Series catalogorum, V, 1-2).
  • Rieu, Charles, Catalogue of the Persian Manuscripts in the British Museum, II, London, 1881, p. 532 (et III, ibidem, 1883, p. 1033a).
  • Storey, Charles Ambrose, Persian Literature, A Bio-bibliographical Survey, Vol. I, part 2, Londres, 1953, n° 1437, p. 1076-1077.
  • Tazkira-i wušnivīsān = The Tadhkira-i khushnavīsān of Mawlānā Ghulām Muhammad Dihlavī edited with Prefaces, Notes and Indices by M. Hidayet Husayn, Calcutta, Asiatic Society- Baptist Mission Press, 1910 (Bibliotheca Indica, new series, n° 1233).
To quote this publication:

Richard, Francis, “De maître à élève. Nouvelle source concernant les biographies de calligraphes de l’Inde musulmane. Le Ms n° 2432 de Rampur”, DYNTRAN Working Papers, n° 13, online edition, June 2016, available at: http://dyntran.hypotheses.org/1416


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.