Pouvoir et lignage féminin

Mariages royaux dans le monde turco-persan au seuil du XVe siècle*         [DYNTRAN WORKING PAPER 14, July 2016]

par Michele BERNARDINI

À partir du XIVe siècle, l’époque post-mongole apparaît comme particulièrement intéressante pour sa conception du maintien du pouvoir politique dans l’Orient musulman : la question fondamentale étant ici la nécessité d’affirmer une légitimité crédible face au grand changement socio-politique qui suivit la chute du califat abbasside (1258). L’émergence du pouvoir mongol venait de redessiner la structure politique des anciens domaines du califat. Au fur et à mesure qu’apparaissaient des pouvoirs turkmènes ou turco-mongols — de l’Anatolie à l’Iran, de l’Asie centrale à l’Inde —, la fragmentation territoriale et la nécessité de consolider de nouvelles lignées conduisirent au développement de formes d’identité assimilant le passé dynastique local. Une des priorités des nombreux souverains turcs et turkmènes du XIVe siècle fut d’affirmer la noblesse de leurs pedigrees — opération complexe du fait de l’absence de prédécesseurs susceptibles d’être rattachés à la famille du prophète Muḥammad ou de ses successeurs immédiats (voir par ex. Woods 1990, p. 85-125).

On a plusieurs fois noté combien l’appropriation du concept de ghazw/ghazā (combat pour la foi [islamique]) a joué un rôle fondamental dans ce processus. D’autres formes de légitimation ont impliqué la présence de souverains fantoches (d’origine mongole gengiskhanide), pour fournir une légitimité à des gouverneurs militaires : c’est le cas de nombreux groupements politiques, voire tribaux, comme les Qarawnas ou les Timourides. Les souverains turcs se considéraient les émirs ou begs de ces monarques fantoches, tout en conservant parfois l’ancien titre de « tuteur » (atabeg). C’est dans ce contexte que l’on pourra s’intéresser aux alliances matrimoniales avec des princesses de l’aristocratie mongole et byzantine. Ces unions permettaient à ces nouveaux souverains, à travers la descendance matrilinéaire, d’acquérir une légitimité politique « par le sang ».

Différentes études ont été consacrés aux mariages royaux dans l’Islam classique. M. Izeddin (1969) a souligné l’existence de nombreux cas et s’est intéressé tant aux précédents préislamiques qu’aux mariages de souverains nomades dans l’empire romain : la demande d’Attila d’épouser la sœur de Valentinien III, au Ve siècle, ou celle de Héraclius qui proposa sa fille à un chef Khazar au début du VIIe siècle. Par ailleurs, Izeddin ne manque pas de souligner le fait qu’à l’époque seldjoukide, certains sultans prirent pour épouse des filles de califes, ou que, chez les Seldjouks de Rum, les unions entre des membres de l’aristocratie turque et des princesses des mondes byzantin et latin furent fréquentes. En revanche, dans le monde arabe ces usages étaient étrangers aux habitudes de l’aristocratie (Izeddin 1969, p. 140-142).

Je voudrais m’attarder ici sur trois cas emblématiques de ce début de la période post-mongole (XIVe s.), cas qui éclairent ces évolutions de traditions socio-politiques de transmission d’autorité dont nous voyons d’autres aspects aux siècles suivants : les mariages entre les membres du clan Aq Qoyunlu et les princesses comnènes de Trébizonde ; le mariage entre l’émir Orkhān et une princesse byzantine de Constantinople ; enfin le mariage entre Timur (Tamerlan) et des princesses mongoles.

Les Aq Qoyunlu et les princesses de Trébizonde

Zaynal_Beg_Mausoleum,_Hasankeyf
Mausolée de Zeynal Bay, Hasankeyf

Le Kitāb-i Dede Korkut (geste des Turcs Oghuz) consacre un chapitre à la figure de Qanturalı et à son mariage avec la princesse de Trébizonde nommée Seljen. Il a été suggéré que cet épisode ait été un fait historique réel, bien que le mariage ait été plus probablement conclu entre Qutlu, fils de Qanturalı, la despina Marie Comnène, sœur de l’empereur Alexis III, en 1352. Bien que cette interprétation ait rencontré quelques objections et que le lien avec le Kitāb-i Dede Korkut ne soit pas certain, la littérature épique nous offre des informations supplémentaires à propos des mariages « mixtes » au sein des groupements tribaux turcs « oghuz », comme nous le dit explicitement l’auteur anonyme de l’ouvrage.

En premier lieu, le choix de Seljen serait, selon cette source, une conséquence de l’absence, parmi les femmes turkmènes des clans locaux, d’une épouse satisfaisant aux besoins du roi. Après une série d’épreuves visant à montrer la valeur de Qanturalı, l’union ne peut se conclure qu’à la suite d’un véritable « enlèvement de la fiancée », nous renvoyant ainsi à d’innombrables traditions d’Asie centrale. Le mariage qui suit se déroule en présence des notables turkmènes et byzantins qui y participent sur un pied d’égalité.

Dans un magistral paragraphe de son introduction française au Kitāb-i Dede Korkut (1988) intitulé « L’os et la chair », le regretté Altan Gokalp avait souligné le dualisme profond du mécanisme de descendance parmi les peuples turciques, notant que « chaque individu compte ses parents en “parents par l’os”, les patrilinéaires, et en “parents par la chair”, les matrilinéaires ». Il ajoutait qu’alors que la descendance « par l’os » caractérisait l’individu en tant qu’homme, la descendance « par la chair » en définissait l’identité au sein du groupe (Le livre de Dede Korkut, p. 31). En effet cette conception remonte à des époques reculées ; elle demande que le successeur légitime soit le fils resté le plus proche du foyer familial et, donc, de la mère (généralement, il s’agissait du plus jeune fils). Cet ancien usage, que l’on désigne par le mot composé turc otchigin (prince du foyer), avait vraisemblablement déjà été à l’origine de la crise de succession survenue après la mort du premier sultan ghaznavide Sebüktegin : en 998, le futur souverain Maḥmūd et son frère Ismā‘īl se disputèrent le royaume en vertu de cette tradition. Un différend analogue eut lieu après la mort de Gengis Khan (Gingis Qa’an) en 1227, et il fut la source du conflit entre les descendants de Tului et ceux des autres fils du conquérant mongol.

L’épisode de Qutlu et de son mariage avec la princesse byzantine est par ailleurs rappelé dans les sources contemporaines de son époque : dans le Kitāb-i Diyārbakriye, Qutlu est décrit comme un « champion de la foi et du jihad », formule à forte dimension légitimatrice, notamment dans le contexte des activités militaires frontalières des Aq Qoyunlu. L’ouvrage raconte qu’après l’échec des Comnènes à contrer la puissance turkmène, la despina est faite « prisonnière » (asīr) (Ṭihrānī, 1962, vol. I, p. 13). Cette version de l’histoire reflète des exigences propagandistes. Le conflit entre les Aq Qoyunlu et Trébizonde avait certes, bien commencé par une attaque de la ville de Trébizonde (1340), mais un apaisement ultérieur de la situation avait permis à l’État comnène de survivre longtemps encore.

Dans le Pont, en Asie mineure, les unions avec la famille des tekür (tekfur, terme d’origine arménienne pour roi) sont nombreuses. On pourra mentionner le mariage de Théodora, fille de l’empereur Basile et sœur d’Alexis III, avec Süleymān Beg, seigneur de la famille des Ḥājjīemiroğlu, en 1358 ; celui conclu entre Tāj al-Dīn Beg, seigneur de Janik, et Eudoce, fille d’Alexis III, en 1379 ; celui de Mutahharten (Ṭaherten), seigneur d’Erzincan, avec une fille d’Alexis III (dont on ne connaît pas le nom) dans les années 1370-1380 ; une autre fille d’Alexis III épousera Qara ‘Uthmān (Qara Yüllük, 1403-1435), fondateur de la ligne dynastique que Woods définit comme qara-osmanide, en conflit avec la ligne turalide des Aq Qoyunlu. Il faudra également rappeler le mariage d’une autre princesse anonyme, fille de Alexis IV, avec Jahānshāh (1435-1467), et plus tard, en 1458, celui de Théodora Comnène (connue comme la Despina Khātūn), épouse d’Uzun Ḥasan (1457-1478). Suivant cette tradition, on pourra encore mentionner le mariage entre le safavide Ḥaydar et Marthe, fille du Comnène Jean IV (la Ḥalīm-Begum), en 1460.

Mariages ottomano-byzantins

Anthony Bryer a dédié deux contributions (1975 et 1981) au mariage entre Qutlu et la despina Maria, ainsi qu’à certains mariages entre Byzantins et Turcs qui s’étaient déroulés à des périodes antérieures, tel celui d’Orkhān avec Théodora, la fille de Jean VI Cantacuzène. Ce dernier rêvait de devenir le nouveau souverain de Constantinople et leur mariage précède de sept années celui de Qutlu et de la despina Maria à Trébizonde. C’est un épisode fondamental, si on l’observe du point de vue historique, que Bryer définit comme un « turning-point in Byzantine-Turkish relations ». Je ne m’attarderai pas ici sur le conflit qui opposa l’usurpateur Jean VI Cantacuzène et son rival, l’empereur légitime Jean V Paléologue ainsi que sa mère Anne de Savoie. Ce conflit entraina dans son sillage d’autres figures, comme le seigneur d’Aydın, Umūr Paşa. Jean VI Cantacuzène, apparemment lié à Umūr Paşa par une sincère amitié, lui offrit en mariage une de ses trois filles, probablement Théodora : l’offre aurait été refusée pour respecter l’esprit de la ghazā, d’après le Destān d’Umūr Pasha (Enveri 1952, II, p. 1739-1984).

Monnaie au nom d'Orhan coin, 724-761h.
Monnaie au nom d’Orkhân, 724-761h.

En 1341 décède Andronic III Paléologue ; son fils, le futur Jean V Paléologue n’avait encore que neuf ans; Jean VI Cantacuzène se déclara alors empereur à Didymoteichon, déclenchant une véritable guerre civile dans l’empire. Dans cette situation les alliances se montrèrent très importantes, ce qui conduisit à inclure dans les prises de décisions byzantines le seigneur d’Aydın, Umūr Paşa, et l’émir ottoman Orkhān. Une première ambassade fut envoyée par Anne de Savoie pendant que son antagoniste Jean VI s’adressait à l’émir ottoman ; ce dernier répondit favorablement tout en demandant sa fille en mariage. Au départ, Jean VI craignit ce mariage, d’autant plus que son rapport avec Orkhān était différent de celui qu’il entretenait avec Umūr Paşa. Par la suite il donna son consentement, et les deux se rencontrèrent à Selimbria (Silivri). Jean VI plaça sa fille sur une plateforme de bois sur l’eau, où se déroula la prokypsis – « a sort of illuminated tableau vivant », comme l’appelle Anthony Bryer –, attendant sur un cheval l’arrivée d’Orkhān. La cérémonie qui suivit fut accompagnée d’une grande fête réunissant le sultan et le futur empereur. Bryer note que le mariage se déroula dans une possession byzantine plutôt que chez les Ottomans. Après le mariage, Jean VI Cantacuzène obtint d’autres accords en empêchant Anne de Savoie de trouver de nouveaux alliés. Orkhān l’assista dans différentes entreprises militaires, sans toutefois témoigner d’une grande conviction. Jean VI devint empereur dans le courant du mois de février 1347, ce qui n’aurait pas pu advenir sans l’aide d’Orkhān.

Les sources turques ne parlent pas de l’épisode. Mais l’histoire de l’amour de la despina pour le seigneur anatolien Umūr Paşa mérite qu’on y prête attention : la conversion à l’Islam de la jeune princesse, décrite par Enverī dans son Destān d’Umūr Paşa, ne suffit pas à convaincre l’émir du mariage. Umūr refuse ses propositions, qui furent faites après une partie de chasse, considérant qu’un ghāzī a le devoir de ne pas s’adonner aux passions corporelles. Cette figure féminine de chasseuse-amazone nous rappelle celle de Seljen dans le Dede Korkut.

Les mariages de Timur

Timur utilisa lui aussi la stratégie de la « capture de princesses royales » pour se pourvoir d’un noble lignage. C’est grâce à ce type de mariages qu’il acquit le titre de küregen « gendre », titre qui l’accompagna toute sa vie (Hermann 1974). Un épisode particulièrement intéressant se déroula en 1370 pendant le grand quriltay (assemblée) de l’ulus chaghataïde à Balkh, au cours duquel fut renversé le pouvoir des Qarawnas commandés par Amīr Ḥusayn, ancien ami-rival de Timur. Les Qarawnas avaient déjà eu l’ambition de s’attribuer des origines mongoles, et l’utilisation de souverains fantoches gengiskhanides fut repris par Timur et les Timourides (Bernardini 2013). À Balkh, après avoir exécuté son prédécesseur et ses deux fils, Timur se rendit maître du harem royal. Il distribua ces femmes à ses proches officiers et en garda quatre, dont la plus prestigieuse, Sarāy Mulk Khātūn, fille du Khan chagataïde Qazan. Cette nouvelle union, véritable acte politique, fut célébrée en même temps qu’était nommé le nouveau souverain fantoche mongol, Soyurghatmish Khan (Sharaf al-Dīn ‘Alī Yazdī, vol. I, p. 155).

De la part de ses adversaires, Timur considérait pourtant l’appropriation de femmes royales comme un acte très grave. C’était précisément l’une des raisons officielles du conflit qui l’opposait au sultan ottoman Beyazid Ier – lui même marié à plusieurs princesses étrangères (“Olivera”, une Serbe ; Angelina, une Grecque ; Maria, une Hongroise ; et une byzantine, fille de Jean V Paléologue), de même que l’était son père Murad Ier, marié à la sœur d’Andronic IV. Beyazid avait en effet enlevé l’épouse byzantine du seigneur turkmène d’Erzincan, Mutahharten. L’incident diplomatique fut clos lorsque la princesse retourna auprès de son ancien mari après la victoire d’Ankara (1402). Malgré cela, cet enlèvement resta souvent mentionné comme l’une des causes principales du conflit. Après avoir défait le sultan, Timur n’hésita pourtant pas à s’approprier la princesse Olivera, femme de Beyazid. Bien que la princesse ait ensuite été rendue à sa famille, sa capture est restée systématiquement citée dans les sources anti-timourides comme l’une des ignominieuses actions du seigneur d’Asie centrale (Köprülü 1942, p. 596).

Kitab-i Dede Korkut, Dresden, Ms. Ea.86
Kitab-i Dede Korkut, Dresden, Ms. Ea.86

La question des mariages de Timur nous conduit à quelques considérations finales. La tradition turco-mongole est encore très vivante à l’époque de Timur, en particulier si on la compare avec des épisodes dont nous avons connaissance pour l’empire ottoman. La dimension matrilinéaire, qui survit à travers le titre de damad, n’est sans doute qu’un fossile du passé. L’utilisation systématique du fratricide devient une alternative pour garantir la succession. Quant à la pratique de l’« appropriation » de femmes d’origine aristocratique, elle était au départ un véritable enlèvement, selon les coutumes des peuples d’Asie centrale, comme en témoigne le Kitāb-i Dede Korkut. Mais cette appropriation peut aussi se faire par la voie d’accords ou par la capture militaire, les femmes devenant ainsi de véritables trophées de guerre. Les épouses aristocratiques, byzantines ou mongoles, des nouveaux souverains turcs permettaient l’introduction de sang « légitime » et « légitimateur » dans la lignée. Les mariages « mixtes » étaient en ce sens de véritables actes de fondation.

Michele Bernardini (July 2016)

* Ce texte est une adaptation de l’article suivant : M. Bernardini, « Circa i matrimoni reali nel mondo turco del Trecento », dans al-Kitāb wa’l-mizān. Il Libro e la Bilancia. Studi in memoria di Francesco Castro, éds. M. Papa, G. Picinelli, D. Scolart, 2 vols., Edizioni scientifiche italiane, Rome, 2011, p. 19-29.

Orientations bibliographiques

  • Alexandrescu Dersca, M.-M., La campagne de Timur en Anatolie (1402), Bucarest, Imprimeria Nationala, 1942.
  • Aubin, J., « Le khanat de Čagataï et le Khorasan », Turcica, 8 (1976), p. 16-60.
  • Bernardini, M., Mémoire et propagande à l’époque timouride, Paris, Association pour l’avancement des études iraniennes/Peeters (Cahiers de Studia Iranica 37), 2008.
  • Bernardini, M., « The Mongol Puppet Lords and the Qarawnas », in Ferdowsi, the Mongols and the History of Iran. Art, Literature and Culture from Early Islam to Qajar Persia. Studies in Honour of Charles Melville, éd. R. Hillenbrandt, A.C.S. Peacock, F. Abdullaeva, Londres, Tauris, 2013, p. 169-176.
  • Bosworth, C. E., « A Turco-Mongol Practice amongst the Early Ghaznavids », Central Asiatic Journal, VII (1962), p. 237-240.
  • Bryer, A., « Greeks and Türkmens: the Pontic Exception », Dumbarton Oaks Papers (1975), p. 115-148.
  • Bryer, A., « Greek historians on the Turks: the case of the first Byzantine-Ottoman marriage », in The Writing of History in the Middle Ages, éd. R. H. C. Davis, J. M. Wallace-Hadrill, Oxford, Clarendon Press, 1981, p. 471-493.
  • Dede Korkut Oğuznameleri, éd. S. Tezcan, H. Boeschoten, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları, 2001.
  • Enverī, Le Destān d’Umūr pasha, éd. Irène Mélikoff-Sayar, Paris, PUF, 1954.
  • Herrmann, G., « Zur Intitulatio timuridischer Herrscherurkunde », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, Suppl. 2/18 (1974), p.  498-451.
  • Izeddin, M., « Notes sur les mariages princiers en Orient au Moyen Age », Journal Asiatique, CLXX (1969), p. 139-156.
  • Köprülü, M. F., « Yıldırım Beyazid’in İntihari Meselesi », Belleten, (1942), p. 591-599.
  • Kotwiz, W., « Contribution à l’histoire d’Asie Centrale, II. La signification du titre kül-tägin », Rocznik Orientalistyczny, XV (1939-1949), p. 185-190.
  • Le livre de Dede Korkut, trad. et intr. Louis Bazin et Altan Gokalp, Gallimard, Paris, 1988.
  • Rossi, E., Il Kitāb-i Dede Qorqut. Racconti epici e cavallereschi dei Turchi oġuz tradotti e annotati con “facsimile” del ms. Vat. Turco 102, Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana (Studi e Testi 159), 1952.
  • Šaraf al-Dīn ‘Alī Yazdī, Ẓafarnāma, 2 vols., éd. Moḥammad ‘Abbāsī, Amīr Kabīr, Téhéran, 1336/1958.
  • Šukurov, R. M., Velikie Komniny i Vostok (1204-1461), Saint-Pétersbourg, Aleteija, 2001.
  • Tezcan, S., Dede Korkut Oğuznameleri Üzerine Notlar, Istanbul, Yapı Kredi Yayınları, 2000.
  • Ṭihrānī, Abū Bakr, Kitāb-i Diyārbakriyya, éds. Necati Lugal et Faruk Sümer, 2 vols., Ankara, Türk Tarih Kurumu, 1962.
  • Werner, E., « Johannes Kantakuzenos, Umur Pasha und Orhan », Byzantinoslavica, XXVI (1965), p. 255-276.
  • Woods, J. E., « Timur Genealogy », in Intellectual Studies in Islam. Essays written in Honour of Martin Dickson, Salt Lake City, University of Utah Press, 1990.
  • Woods, J. E., The Aqquyunlu. Clan, Confederation, Tribe, Revised and Expanded, Salt Lake City, the University of Utah Press, 1999.
  • Zachariadou, E. A., « Trebizond and the Turks (1352-1402) », Ἀρχεῑον Πόντου, XXXV (1979), p. 333-358.
To quote this publication:

Bernardini, Michele, “Pouvoir et lignage féminin : Mariages royaux dans le monde turco-persan au seuil du XVe siècle”, DYNTRAN Working Papers, n° 14, online edition, July 2016, available at: http://dyntran.hypotheses.org/1476


One thought on “Pouvoir et lignage féminin”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *