Deux familles de l’Ancien Régime

Les héritiers de fonctionnaires civils au Caire au XVIe siècle   [DYNTRAN WORKING PAPER 18, November 2016]

by Nicolas MICHEL

La représentation de soi de la bonne société cairote, XVe -XVIe s.

Durant toute l’époque mamelouke, la production narrative fut intense, prenant deux formes principales : des chroniques souvent extraordinairement détaillées, et des dictionnaires biographiques qui couvraient soit des catégories spécifiques de la population, soit la totalité des individus que l’auteur estimait dignes d’être signalés. Ces œuvres monumentales, dont beaucoup nous sont parvenues dans leur intégralité, participaient à la compétition pour la renommée, qui s’inscrivait encore dans les constructions monumentales ou utilitaires, les fondations pieuses qui leur étaient attachées, l’épigraphie, les blasons apposés sur une foule de supports, les arts du luxe, ou encore les arts éphémères, dont seuls quelques reflets subsistent dans la littérature.

Après la conquête ottomane, du fait de l’anéantissement du commandement mamelouk (Lellouch 2013) et du transfert de l’autorité à des gouverneurs ottomans en poste pour quelques années seulement, l’activité monumentale connaît une baisse de régime, de même que les arts somptuaires. Quant à la production narrative, elle disparaît pour trois quarts de siècle. Le dernier chroniqueur, Ibn Iyās, a écrit au moins jusqu’en 1524 ; son œuvre, les Badā’i‘ al-ẓuhūr fī waqā’i‘ al-duhūr, nous est conservée jusqu’en 1522, mais une dernière partie, couvrant les années 1522-1524 et aujourd’hui perdue, a été adaptée en turc ottoman par un chroniqueur turc, Diyarbekri (Lellouch 1998). L’activité historiographique ne reprend en Égypte que dans les premières décennies du XVIIe siècle, et produit des œuvres de format bien plus modeste que celles de l’époque mamelouke. Il en va de même des dictionnaires biographiques ; il ne sera plus jamais question de composer des Who’s Who de l’ensemble de la bonne société cairote. Cette disparition des sources narratives a eu un effet sur la production historique moderne : le XVIe siècle est le moins étudié des dix derniers siècles de l’histoire égyptienne, et nous ne pouvons encore dresser une vision d’ensemble de la société cairote de ce temps.

L’apparition de sources d’archives est concomitante de la disparition des sources narratives. En 1521-1522, les Ottomans réorganisent en profondeur la judicature en Égypte. Des tribunaux de quartier sont désignés, supervisés par le tribunal appelé al-Bāb al-ʿālī où siège le juge suprême, qāḍī ʿaskar ou qāḍī al-quḍāt. Une cour subordonnée, la qisma ʿaskariyya, qui traite des affaires de succession des ʿaskar, les privilégiés au service du sultan, est mentionnée pour la première fois en 952/1545-1546 (Muḥammad 2002). Étendant à l’Égypte une mesure qui s’était généralisée dans le sultanat ottoman, les nouveaux maîtres exigent que l’activité notariale soit concentrée dans les tribunaux, et demandent aux juges de tenir des registres (siǧill) où ils doivent consigner l’ensemble des actes qu’ils émettent. Ces siǧill sont heureusement conservés, pour Le Caire, par séries compactes à partir de dates variables au XVIe siècle ; ils constituent la source majeure pour les historiens de la société cairote à l’époque ottomane. Outre leur difficulté paléographique, leur maniement n’est pas aisé : les textes y étaient recopiés jour par jour, sans classement et sans index. De plus, les Archives nationales (Dār al-waṯā’iq al-qawmiyya) qui les conservent au Caire interdisent les photographies et ne délivrent pas de reproduction numérique. Le travail s’y fait à l’ancienne, avec un papier et un crayon. À la recherche d’un objet précis, l’historien voit défiler page après page la société du temps, dans un désordre identique au spectacle de la rue ; et tomber sur les renseignements requis relève le plus souvent de la rencontre de hasard.

C’est bien par hasard, au milieu de cette foule que, effectuant d’autres recherches, je suis tombé sur des mentions de descendants de hauts fonctionnaires de l’époque mamelouke, dont le nom nous est familier depuis les travaux de Carl Petry (1981) et Bernadette Martel-Thoumian (1992). Leur seule présence posait la question de la persistance, plusieurs décennies après la conquête, de familles éminentes de l’Ancien Régime mamelouk. Je me suis mis dès lors à rechercher les descendants des familles de fonctionnaires civils. Comme ils sont noyés dans la masse, mieux vaut conjuguer ce type de recherche avec une autre plus immédiatement rentable. Les fonctionnaires ne représentaient en effet qu’une petite fraction, aussi bien de l’élite politico-militaire d’époque mamelouke, que des ʿaskar de l’époque ottomane.

L’art de se nommer

Indépendamment des transactions qui les ont menés au tribunal, les personnages qui apparaissent dans les siǧill ne sont pour la plupart connus que par leur nom. L’identification des personnes n’était pas fixe à ces époques ; elle dépendait en bonne part du contexte. Celui du tribunal était particulièrement prestigieux, car il débouchait sur la production écrite d’actes conservés par les parties. Or, loin d’obéir à des critères uniformes, l’identification des personnes déployait des règles plus ou moins sophistiquées selon leur rang social. Le raffinement de celles à l’œuvre pour la haute société fait suspecter un contrôle minutieux, au moment de la rédaction des actes, de la part des individus concernés. Car les identifications sont là à la fois précises et constantes, d’une occurrence à l’autre, avec quelques variations pour les éléments mineurs.

Pour simplifier, les individus étaient positionnés en fonction de trois axes. Les gens du commun recevaient une identification basique, le type le plus fréquent étant X ibn Y (X et Y figurent ici les ism de l’égo et de son père, l’ism étant l’identifiant en quelque sorte officiel de la personne, par ex. Muḥammad ibn Ibrāhīm) suivi d’un ou deux éléments tels que la profession ou l’origine géographique, et souvent le surnom ou nom de famille par lequel ils étaient connus (al-šahīr bi-). Les militaires ottomans se voyaient identifiés de manière minimale, par le titre correspondant à leur rang, X ou X ibn Y (X ibn ‘Abd Allāḥ pour les esclaves et affranchis), et l’indication de leur grade et de leur régiment. Cette sobriété était caractéristique du « nom turc » (Bouquet 2013). À l’opposé, les gens de qualité d’origine égyptienne ou, dirions-nous, « arabe », se signalaient par une inflation des éléments identifiants : eulogies, titres, laqab en al-dīn (ex. Zayn al-Dīn) ou sa nisba dérivée (ex. al-Zaynī) devant l’ism, multiplication des générations mentionnées, noms de famille (nasab) introduits par al-šahīr nasabuhu al-karīm, mentions de fonctions éminentes.

La distinction au sein des catégories sociales concernées se manifestait là avec une minutie comparable à celle des sociétés nobiliaires. La plupart des gens de qualité ne mentionnaient que trois générations ; les oulémas du plus haut rang, jusqu’à cinq. La longueur des eulogies avant et après l’ism était à l’avenant. D’après ces critères, les fonctionnaires et leurs descendants occupent au XVIe siècle une position moyenne dans la bonne société, identique à celle que leurs ancêtres occupaient à l’époque circassienne (1382-1517). Comme l’a montré Bernadette Martel-Thoumian, ces derniers n’étaient — sauf exceptions — ni très riches, ni très visibles. Toutefois, le contenu des textes figurant dans les siǧill du XVIe siècle, notamment le montant des transactions et les douaires (indicateur social fiable) ou ṣadāq déclarés à l’occasion des mariages, place certains des hauts fonctionnaires et leurs descendants parmi les strates les plus aisées des ‘askar.

Deux destins familiaux

Ibn Iyās connaissait bien le milieu des hauts fonctionnaires de son temps, et sa chronique des années 1517-1522 est particulièrement diserte sur leur sort. Deux familles, les Ibn al-Ǧī‘ān et les Ibn ‘Awaḍ, ressortent particulièrement. Or elles sont encore mentionnées dans des siǧill de la fin du XVIe siècle. Leurs destins reflètent les parcours suivis par les deux ou trois générations qui se sont succédé après la conquête de 1517.

Trois frères Ibn ‘Awaḍ : Šams al-Dīn, Faḫr al-Dīn et Šaraf al-Dīn, apparaissent fréquemment dans la chronique d’Ibn Iyās, à divers postes au Trésor, jusqu’en 1522. Ibn Iyās, qui ne les aimait pas, les accuse de mettre le pays en coupe réglée. La faveur du gouverneur Ḫāyr Bak ne les mit pas à l’abri des coups du sort : Faḫr al-Dīn fut déporté à Istanbul de 1518 à 1521, avec un grand nombre d’autres fonctionnaires ; Šaraf al-Dīn, arrêté en 1522, dut vendre ses biens pour acquitter les sommes qu’on lui demandait, puis fut libéré sur ordre du gouverneur Ḫāyr Bak gravement malade. La famille avait déjà subi les vicissitudes de la faveur royale sous le règne du sultan al-Ġūrī : un autre Šams al-Dīn Muḥammad Ibn ʿAwaḍ et son fils, chargés de la collecte des taxes en Égypte, étaient tombés en disgrâce en 1514, avaient été emprisonnés, dépouillés et exécutés (Ibn Iyās, IV, p. 377-378 ; Martel Thoumian 1992, p. 148-149). Ce Šams al-Dīn, originaire du village de Minyat Masīr dans la Ġarbiyya, avait été employé dans les bureaux de plusieurs émirs avant de passer au service d’al-Ġūrī (Martel-Thoumian 1992, p. 352).

Une génération plus tard, deux membres de la famille étaient toujours fonctionnaires. Un procès en 1574 nomme comme plaignant al-ǧanāb al-ʿālī al-qaḍā’ī al-zaynī al-qāḍī ʿAbd al-Barr b. al-marḥūm al-qāḍī Šaraf al-dīn Muḥammad Yaḥyā  b. al-marḥūm al-qāḍī Šams al-dīn Muḥammad al-šahīr bi-Ibn ʿAwḍ al-kātib bi-l-dīwān al-ʿālī aʿazza Allāh taʿālā ǧinābahu : soit ‘Abd al-Barr, fils de Šaraf al-Dīn Muḥammad Yaḥyā, fils de Šams al-Dīn Muḥammad. On peut reconstituer à partir de là que le Šams al-Dīn, exécuté en 1514, eut au moins quatre fils, celui qui fut exécuté avec lui et les trois autres mentionnés par Ibn Iyās entre 1518 et 1522. Le même petit-fils du fondateur de la lignée est secrétaire du Divan (kātib bi-Dīwān Miṣr) en 1574 (QS 9, p. 20 n° 49 ; p. 21 n° 50) ; à la même date, son frère ‘Afīf al-Dīn occupe la même fonction (ibid., p. 92 n° 163), et le fils de ce dernier, Šams al-Dīn Muḥammad, est en 1575 secrétaire au Bayt al-Māl (ibid., p. 346 n° 700). ‘Abd al-Barr réapparaît dans un document de 1586, cette fois gratifié de ‘ayn al-sādāt al-kataba bi-Dīwān Miṣr al-maḥrūsa dāma maǧduhu, l’un des plus notables parmi les secrétaires du Divan. Plusieurs autres familles d’extraction récente à la fin de l’époque mamelouke, comme les Ibn Bahram, Ibn ‘Īsa, Ibn Isrā’īl, ont connu le même parcours, avec des fonctionnaires sur quelques générations durant le XVIe siècle. Leur prestige, voire leur existence, semble avoir dépendu du maintien dans la fonction publique.

Contrairement aux Ibn ‘Awaḍ, la famille des Ibn al-Ǧī‘ān était fort ancienne et respectable, au service des sultans au moins depuis 1339-1340, et de manière continue depuis Barqūq (1382-1399) : six générations et 67 individus sont connus pour l’époque mamelouke, grâce surtout aux dictionnaires biographiques, à partir de Faḫr al-Dīn ‘Abd al-Ġānī, mort en 1405 (Martel-Thoumian 1992, p. 295-319). Trois membres de la famille, cousins entre eux, furent en mesure d’occuper des postes élevés au début de l’époque ottomane. Le plus éminent, Šihāb al-Dīn Aḥmad b. Abū al-Barakāt, est nommé kātib al-sirr (chancelier) par Ḫāyr Bak en 1518 ; il est emprisonné et dépouillé de ses biens par le même, revient en grâce à la mort de Ḫāyr Bak, mais est exécuté en 1524 suite à la révolte d’Ahmed Pacha. Son frère Karīm al-Dīn ‘Abd al-Karīm et leur cousin al-Šamsī Muḥammad b. Ṣalāh al-Dīn ont été l’un et l’autre déportés à Istanbul en 1517 ; le second est de retour en 1522.

En dépit de ces coups du sort, la famille reste présente dans les siǧill au moins jusque dans les années 1580. Le nasab des Ibn al-Ǧī‘ān est fidèlement transmis, et le pivot de l’identité familiale semble être le waqf qui avait été constitué par ‘Abd al-Raḥmān (mort en 1435), fils de Faḫr al-Dīn ‘Abd al-Ġānī, autrement dit à la deuxième génération. En 1554, al-qaḍā’ī al-Ṣalāḥī Tāǧ al-dīn b. al-qāḍī Šihāb al-dīn Barakāt al-šahīr bi-Ibn al-Ǧīʿān, probable fils de Šihāb al-Dīn Aḥmad b. Abū al-Barakāt, vient ainsi, en qualité de gérant (nāẓir), se plaindre devant le tribunal du non paiement des revenus de ce waqf par le village de Minyat Fāris dans la Ġarbiyya (BA 15, n° 264). En 1586, c’est le fils de ce Tāǧ al-Dīn, al-Šihābī Aḥmad, qui gère le waqf dans le même village (BA 50, p. 63 n° 195). Le même Aḥmad, en 1558 (à cette date, son père était toujours vivant), avait épousé la très jeune Faḍl al-‘Azīz, encore mineure (donc née après 1543), fille d’al-zaynī Abī al-Baqā Muḥammad b. al-marḥūm al-zaynī ‘Abd al-Karīm Ibn al-Ǧī‘ān, et l’identification de l’épousée qualifie aussitôt après ses père et grand-père, Abū al-Baqā’ et ‘Abd al-Karīm, de ‘ayn al-mubāširīn bi-l-diyār al-miṣriyya wāliduhā wa-ǧadduhā al-mušār ilayhimā : l’un et l’autre étaient d’éminents fonctionnaires en Égypte (QS 2, p. 112 n° 480). Le douaire de 80 dīnār, montant élevé, ne place pourtant pas la famille parmi les plus riches de la ville (quelques douaires atteignaient plusieurs centaines de dīnār). Le grand-père ‘Abd al-Karīm peut avec vraisemblance être identifié avec celui du même nom qui avait été déporté en 1517 à Istanbul ; ainsi son fils Abū al-Baqā’ a perpétué la tradition familiale du service dans les bureaux de l’État. Le mariage a uni deux cousins issus de germains.

Un document de 1575 éclaire les mariages pratiqués dans cette haute société (QS 9, p. 346 n° 700). Al-maǧlis al-ʿālī al-qaḍā’ī Šams al-Dīn Muḥammad b. al-ǧanāb al-ʿālī al-qaḍā’ī ʿAfīf al-Dīn Ibn ‘Awaḍ, secrétaire au Bayt al-Māl, avait épousé la fille de Tāǧ al-Dīn Muḥammad Ibn al-Ǧī‘ān, kātib au Divan ; la mère de cette dernière était fille d’un ancien gouverneur (kāšif) de la Šarqiyya, l’émir Muṣṭafā, époux d’Aṣīla « fille de Ṭūmān Bāy », peut-être un des deux sultans de ce nom, al-ʿĀdil (r. 1501) ou al-Ašraf (r. 1516-1517). Les mariages à l’intérieur d’une même lignée, ou entre familles de fonctionnaires, étaient de tradition à l’époque circassienne, sans représenter une règle exclusive : les alliances dans la haute société militaire n’étaient pas non plus inconnues (Martel-Thoumian 1992, p. 365-372).

Hypothèses sur une disparition

Au fur et à mesure que l’on avance dans le XVIe siècle, les fonctionnaires sans nom de famille ni ancêtre connus à l’époque mamelouke se multiplient, et leur identification adopte de plus en plus fréquemment des éléments « turcs », ce qui peut s’interpréter en termes ethniques, mais aussi culturels. Quant aux vieilles familles de fonctionnaires de l’Ancien Régime, la plupart n’apparaissent dans les siǧill que si l’un de leurs membres travaille dans les dīwān. Leur statut social était étroitement lié à l’exercice effectif de charges publiques, génératrices à la fois de richesse et de prestige. Mais la pérennité de la fortune n’était nullement garantie, sans doute parce qu’il fallait dépenser beaucoup pour maintenir son rang. L’exception à cette règle paraît constituée par les Ibn al-Ǧī‘ān, dont plusieurs membres n’apparaissaient qu’en lien avec le waqf familial. Or la pratique du waqf n’était pas fréquente, ni à l’époque mamelouke, ni au XVIe siècle : la grande majorité des familles qu’a étudiées B. Martel-Thoumian n’en ont pas laissé.

À partir des années 1590, les héritiers des fonctionnaires civils d’époque mamelouke disparaissent de nos sources. Cette disparition touche tout autant les autres descendants de l’élite politico-militaire de l’Ancien Régime, qu’il s’agisse des officiers mamelouks ou des descendants des sultans et des califes abbassides. Or, et contrairement aux fonctionnaires civils, ces descendants avaient traversé le XVIe siècle sans, pour la plupart, exercer de charge publique. Les transformations majeures qu’a connues l’Égypte dans les années 1580-1620 ont balayé les vestiges de l’Ancien Régime. Ce phénomène résulte vraisemblablement de la combinaison de plusieurs facteurs que nous ne pouvons encore que conjecturer. Le facteur démographique a peut-être joué. L’administration a cessé d’employer des membres des vieilles familles de fonctionnaires, sans doute parce que leurs traditions propres, héritées des dīwān des XIVe-XVe siècles, ont été alors jugées obsolètes (Michel 1996). Il est possible aussi que les familles de l’Ancien Régime, toutes catégories confondues, n’aient plus bénéficié du prestige, ou du snobisme, encore alimenté une génération plus tôt par les strates supérieures de la société cairote : les grandes familles d’oulémas d’une part, de l’autre les Maisons des grands serviteurs du sultan, au premier chef le gouverneur et le juge suprême d’Égypte. Elles seules donnent désormais le ton.

Nicolas Michel (November 2016)

Quoted bibliography:

      • BA = Registres du tribunal d’al-Bāb al-‘Ālī, Archives nationales, Le Caire.
      • Bouquet, Olivier, Les noblesses du nom. Essai d’anthroponymie ottomane, Turnhout, Brepols, 2013.
      • Ibn Iyās, Badā’iʿ al-zuhūr fī waqā’iʿ al-duhūr : Mostafa (Mohamed), Die Chronik des Ibn Ijās, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag GMBH, 5 vol., 1960-1963 ; trad. Wiet, Gaston, Journal d’un bourgeois du Caire. Chronique d’Ibn Iyās, vol. 1 et 2, Paris, S.E.V.P.E.N., 1955, 1960.
      • Lellouch, Benjamin, « Le douzième ǧuz’ perdu des Badā’iʿ al-zuhūr d’Ibn Iyās à la lumière d’une chronique turque d’Égypte », Arabica, 45, 1 1998, p. 88-103.
      • Lellouch, Benjamin, « La politique mamelouke de Selīm Ier », in Lellouch (Benjamin) et Michel (Nicolas) (éd.), Conquête ottomane de l’Égypte (1517). Arrière-plan, impact, échos, Leiden, Brill, 2013, p. 165-210.
      • Michel, Nicolas, « Les Rizaq Iḥbāsiyya, terres agricoles en mainmorte dans l’Égypte mamelouke et ottomane. Étude sur les Dafātir al-aḥbās ottomans », Annales islamologiques, 30, 1996, p. 105-198.
      • Muḥammad, Ḥasan Ḫalīl, « Iḫtiṣāṣāt maḥkamat al-qisma al-ʿarabiyya », in ʿAbbās, Ra’ūf (éd.), al-ʿAdāla bayna al-šarīʿa wa-l-wāqiʿ fī Miṣr fī al-ʿaṣr al-ʿuṯmānī, Le Caire, Markaz al-Buḥūṯ wa-l-Dirāsāt al-Iǧtimāʿiyya – al-Ǧamʿiyya al-Miṣriyya li-l-Dirāsāt al-Tārīḫiyya, 2002, p. 141-177.
      • Petry, Carl, Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, 1981.
      • QS = registres du tribunal de la Qisma ‘askariyya, Archives nationales, Le Caire.

To quote this publication:

Michel, Nicolas, “Deux familles de l’Ancien Régime : Les héritiers de fonctionnaires civils au Caire au XVIe siècle”, DYNTRAN Working Papers, n° 18, online edition, November 2016, available at: http://dyntran.hypotheses.org/1596


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *