Noblesse ou pas noblesse ? Telle est la question

Étude du cas ottoman à l’époque moderne ; analyse rétrospective de la démarche scientifique élaborée et ses suites [DYNTRAN WORKING PAPER 7, December 2015]

by Juliette DUMAS

Les historiens ottomanistes de l’époque moderne font preuve d’une extrême prudence face à l’usage du vocable nobiliaire. D’une aristocratie ottomane, il ne serait absolument pas être question ! (voir Kunt 1983). Parler de noblesse semble tout aussi incongru. S’il faut mettre à l’actif de cette historiographie traditionnelle, le souci de ne pas téléporter des notions toutes faites dans un moule qui ne semble pas toujours apte à s’y prêter, rapportée au cas de la noblesse, cette position repose, à mon sens, sur une triple assise intellectuelle :

  1. une méconnaissance des systèmes nobiliaires, dont les approches récentes, qui font grand cas des apports de la sociologie et de l’anthropologie, ont renouvelé le visage
  2. une position traçant, par a priori, une ligne imaginaire infranchissable, entre les sociétés occidentales et le système ottoman, le rendant exceptionnel, mais inaccessible à toute lecture comparative, soit, au final, un enfermement du système sur lui-même
  3. une maladresse embarrassante à l’égard des procédés comparatifs, avec toutes les difficultés relevant d’une telle approche.

Ce constat fait, la plus grande prudence reste de mise avant de s’embarquer dans un tel exercice. Au vu des pièges existant, certains immédiatement perceptibles, d’autres qui se laissent tout juste sentir dans l’humidité de ce brouillard historiographique, il m’a semblé qu’il fallait procéder de façon cartésienne, en commençant par élaborer des fondations solides. Pour poser les premières pierres d’achoppement, il convient avant tout de savoir faire la part des choses : distinguer l’avoine du son, en mettant de côté les points de résistance (arguments en défaveur d’un tel vocable), des points de comparaison (les éléments essentiels à l’existence d’une noblesse). En d’autres termes, il est indispensable de repérer là où ça butte, sans s’y laisser enfermer.

Je suis d’avis que c’est justement quand il touche du doigt un point sensible, que l’historien est sur la piste de quelque chose. Toute la difficulté réside dans la capacité à dépasser l’aspect évident du problème, pour remonter à sa source. Au risque, sinon, de se noyer en tournant en rond. Selon cette logique, c’est parce qu’à première vue, l’historien butte sur la possibilité d’appliquer le vocable nobiliaire à la société ottomane de l’époque moderne, qu’il est justement indispensable de se demander pourquoi. Non point nécessairement pour parvenir à prouver l’existence d’une forme de noblesse dans l’Empire ottoman : le résultat final pourrait bien se révéler décevant, ou au contraire révolutionnaire – là n’est pas, au fond, l’enjeu intellectuel. Mais il faut être attentif à ne pas confondre le point de départ d’une réflexion, avec son point d’arrivée et ne pas appliquer, au préalable, une conclusion à la réflexion, avant même de l’avoir menée – au risque, sinon, de produire les pires résultats. Ma présente démarche n’a donc pas pour but de prouver, in fine et aeternam, l’existence d’une forme de noblesse ottomane dans l’Empire – même si, objectivement, le moteur de ma réflexion réside dans la croyance, a priori, en une telle possibilité – mais plutôt de voir en quoi un tel filtre d’analyse pourrait apporter un éclairage nouveau sur les structures socio-politiques et familiales ottomanes.

À première vue, les points de résistance se concentrent sur deux aspects. Le plus communément invoqué, le plus évident également, est celui de l’hérédité. Qui dit noblesse, dit hérédité. Or, la transmission semble être l’élément de la société ottomane qui fait le plus défaut. Et l’historien des institutions ottomanes de venir enfoncer le clou en soulignant, fort à propos, à quel point tout le travail de construction impériale de la dynastie s’est fait, très précisément, à l’encontre des constructions lignagères – en dehors de la sienne propre. Et cet historien d’invoquer, toujours fort justement, l’usage généralisé des kul – esclaves du sultan – au sein de la structure étatique.

Il y a longtemps que l’intrusion des kul sur la scène politique ottomane a été associée au désir de pouvoir absolutiste du sultanat ottoman. J’ai d’ailleurs moi-même défendu cette idée au cours d’un argumentaire complexe qui, analysant les stratégies matrimoniales des princesses ottomanes du long XVe siècle, montrait comment la promotion politique et matrimoniale des kul avait été menée de front et avec persistance, dans un triple but : évincer les familles princières musulmanes voisines ; évincer les familles militaires issues des premiers combattants, compagnons des premiers souverains ottomans et disposant d’une grande indépendance ; rabaisser la puissance des grandes familles d’oulémas en leur opposant un contre-pouvoir plus docile et en les expulsant des principaux offices étatiques. En somme, faire table rase de toutes les grandes familles lignagères dont l’autorité n’était pas issue du pouvoir ottoman lui-même et qui représentaient un contre-pouvoir possible au désir dynastique de se tailler une position unique et première. De là était née la pratique, certes atypique, mais ô combien stabilisatrice, de marier les princesses ottomanes à des esclaves, à ces fameux kul (Dumas 2013). Notons que l’alliance ainsi cimentée à grand renfort de mariages successifs ne s’est jamais démentie, même au plus fort des révolutions et des menaces extérieures.

Le deuxième point de résistance se loge justement dans la condition servile de ces grands dignitaires ottomans, susceptibles d’être perçus comme nobles : un noble ne peut être en même temps un esclave, cela paraît évident.

Réfléchissant à ces arguments, je m’étais rendue compte, au sortir de ma thèse, qu’ils ne suffisaient pas, à eux seuls, à invalider toute possibilité de voir dans la société ottomane une société nobiliaire. Néanmoins, plusieurs tentatives pour rebondir sur cette constatation et, partant, démontrer l’existence d’une logique nobiliaire dans l’Empire ottoman de l’époque moderne ont échoué. J’en ai tiré la conclusion que le problème était bien plus complexe et dépassait de loin ces premières résistances. La difficulté contre laquelle je butais à chaque tentative était, tout bêtement, celle de la comparaison.

L’historien n’est pas le mieux équipé pour procéder à des comparaisons ; la méthodologie historienne s’y prête en effet mal. On se perd vite dans la matière historique : la diversité des configurations. Un exemple : la noblesse existe dans toute l’Europe – personne n’ira critiquer ce fait. Néanmoins, ses formes sont aussi multiples que les États de cet espace géographique ; et même au sein d’un même royaume, trouve-t-on une diversité de situations. La Noblesse (en tant que concept) est une caractéristique européenne de l’époque moderne, mais elle compte une multitude de formulations. Pour un historien, dépassé le concept – qui préexiste à la discipline : la noblesse a été formulée bien avant que l’histoire ne se constitue en science – il n’existe pas une noblesse, mais un ensemble d’expressions de ce concept. Leur étude, dans le temps et l’espace, fait tout l’objet de l’histoire. Un objet nécessaire, indispensable, salutaire pour la connaissance scientifique.

Mais du coup, l’historien armé de sa démarche historienne encourt quelques difficultés pour dépasser le flot de la multitude des expressions d’un même état. Or, comment procéder à une comparaison solide, sans disposer de bases fixes ? Et comment trouver le point de solidité dans une forme sans cesse mouvante – ainsi que nous l’enseigne la pratique historienne ? Il m’a fallu le détour par l’anthropologie pour résoudre ce problème. S’il est une discipline devenue maîtresse dans l’art d’établir des comparaisons entre sociétés que tout distingue, c’est bien l’anthropologie. Pour s’en assurer, il suffit de consulter les travaux de Marcel Mauss sur le don (Mauss 2007) ou de Claude Lévi-Strauss sur l’inceste (Lévi-Strauss 1949). Pour y parvenir, l’anthropologie a bien été obligée de se doter des moyens d’élaborer de telles comparaisons sur un plan scientifique. La solution trouvée consiste à isoler les aspects historiques pour chercher la substance génératrice d’un procédé social. Soit : mettre de côté les multiples ingrédients de diversification des formes nobiliaires, produits d’une construction sociale inscrite dans la durée (et à ce titre nécessairement évolutive) ; s’en servir pour y repérer l’élément commun.

À l’échelle du présent concept, le résultat d’une telle enquête permet d’isoler les éléments fondamentaux qui font la noblesse – quelles que soient les subtilités introduites par le jeu de l’espace et du temps. Ces éléments, si je ne m’abuse, sont de l’ordre de cinq :

  • la conscience de soi et d’un entre-soi noble
  • l’endogamie, affirmée comme règle matrimoniale, concomitante de l’idéologie de l’entre-soi
  • la détention d’une autorité justifiant la supériorité (sociale), sinon effective, du moins le sentiment qu’on s’en fait
  • la transmission de ces deux éléments : le nombre de générations auxquelles cet état sera effectivement transmis n’est pas pertinent, dans le présent contexte, tant que le principe d’hérédité est affirmé
  • enfin, la pérennité de l’état : une fois noble, toujours noble – quand bien même les aléas de la vie amèneraient la perte de tous les signes et avantages extérieurs de cette noblesse.

En partant de ces éléments, que je prends pour acquis solides, j’entends réfléchir à la pertinence de l’usage du vocable nobiliaire dans le cas de la société ottomane à l’époque moderne.

 Juliette Dumas (21/11/2015)

Selected bibliography:

  • Juliette Dumas, “Les perles de nacre du sultanat. Les princesses ottomanes (15e-18e s.)”, PhD dissertation, EHESS, 2013.
  • Metin Kunt, The Sultan’s Servants, The Transformation of Ottoman Provincial Government, 1550-1650, New York, Columbia University Press, 1983.
  • Claude Lévi-Strauss, Les structures élémentaires de la parenté, Paris, PUF, 1949.
  • Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raisons de l’échange dans les sociétés archaïques, PUF, 2007 [réédition].
To quote this publication:

Dumas, Juliette, “Noblesse ou pas noblesse? Telle est la question. Étude du cas ottoman à l’époque moderne ; analyse rétrospective de la démarche scientifique élaborée et ses suites” DYNTRAN Working Papers, n° 7, online edition, December 2015, available at: https://dyntran.hypotheses.org/891


One thought on “Noblesse ou pas noblesse ? Telle est la question”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.